Actualité

- Promenade à Feucherolles - Les dernières photos du Buste Joe Dassin -

- Exposition du Club : le samedi 29 octobre à Bouge (Namur, Belgique) -


jeudi 3 mars 2016

Le sculpteur de Joe Dassin est mulhousien (2011)




Hier matin, a été inauguré, en région parisienne, le buste du chanteur Joe Dassin, le seul officiel qui ait jamais été réalisé. Et c’est un sculpteur mulhousien, Jean-Pierre Sauvegrain, qui a été choisi pour le façonner.

Jean-Pierre Sauvegrain a travaillé dans le plus grand secret depuis le début de l'année : hormis sa femme Marie-Odile et les fans du chanteur, à l'initiative du projet, pratiquement personne ne savait que le sculpteur mulhousien était en train de réaliser le buste en bronze de Joe Dassin. Il n'avait tout simplement pas le droit de montrer l'œuvre avant son inauguration, hier matin, sur la place devant l'Espace Joe Dassin, à Feucherolles, une petite commune des Yvelines où la star a vécu de 1975 jusqu'à sa mort en août 1980.

Les deux fils du chanteur, Jonathan et Julien, qui ont donné leur aval pour ce buste, "ne l'ont même pas encore vu", confiait en début de semaine Jean-Pierre Sauvegrain, juste avant d'emballer, avec toutes les précautions qui s'imposent, la sculpture. Pesant 30 kilos et mesurant 50 cm, le buste de Joe Dassin est très réussi, comme en on témoigné les rares fans à l'avoir vu auprès de Jean-Pierre Sauvegrain : "C'est vraiment Joe ! Il est magnifique !", l'a ainsi félicité par mail un de ceux qui ont cotoyé l'artiste.

Pourtant, l'exercice n'a de loin pas été aisé pour le professeur d'arts plastiques à la retraite, diplômé de l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (section sculpture) et primé à plusieurs reprises. "Ça lui est tombé du ciel !", souligne au préalable son épouse, qui, comme lui, connaissait quelques tubes de Joe Dassin, trouvait "le chanteur agréable", mais sans plus.

Ayant réalisé, ces dernières années, des sculptures monumentales de tous styles et dans toutes les matières, comme celle en laiton de 2,10 m de haut de Diaconat, comme cette fresque gravée en marbre de Carrare et feuille d'or de 4,50 m de long à la maison de retraite de l'Arce à Mulhouse ou encore, un bas-relief en bronze au collège-lycée épiscopal de Zillisheim, où il a d'ailleurs enseigné, Jean-Pierre Sauvegrain ne s'attendait pas à être contacté par une fan de la région pour ce travail. Il ignore combien de sculpteurs ont été approchés. Toujours est-il qu'il a monté un dossier, qu'en janvier de cette année, il s'est retrouvé à Feucherolles, devant un "jury" de représentants de la mairie et du Club International Joe Dassin et qu'au final il a été retenu.

Le plus vivant possible

"Du coup, j'ai acheté des disques, regardé des vidéos sur internet pour m'imprégner du personnage, raconte l'artiste mulhousien. Je ne voulais pas faire une statue, figée, je voulais le faire le plus vivant possible et le plus serein possible".

Il avait été convenu avec les fans de représenter le chanteur-compositeur franco-américain vers l'âge de 35 ans. "Ce n'est pas évident quand on n'a pas côtoyé la personne, poursuit Jean-pierre Sauvegrain. Les photos dont je disposais étaient toutes très différentes, prises avec des lumières différentes, à des âges différents, et toutes en faveur du spectacle, et non de la sculpture, Joe Dassin y était maquillé, sans ride, et posait le plus souvent de manière à ce qu'on ne voit pas son strabisme. J'ai récupéré une seule photo correcte de face et j'en ai eu très peu de profil".

Un exercice très difficile

Si reproduire le léger strabisme du chanteur a été "très difficile", "transformer une image 2D en 3D" a été un véritable défi pour le sculpteur, qui a pu compter sur les conseils de sa femme, elle est aussi diplômée des Beaux-Arts. Tous les détails du visage ont été scrupuleusement étudiés, peaufinés, jusqu'à cette petite cicatrice à l'œil gauche, révélée par une fan qui a bien connu le chanteur : "Elle m'a confié que c'est l'une des sœurs de Joe Dassin qui, quand ils étaient petits, lui a lancé une fléchette, manquant de peu de l'éborgner".

Après avoir passé deux mois et demi à façonner le buste, d'abord en terre, puis dans un moulage en plâtre, Jean-Pierre Sauvegrain a encore travaillé huit jours à la fonderie d'art Deroyaume, en Haute-Saône, pour terminer la patine et les finitions. Les fans, qui ont créé une association Spécial Buste, sans but lucratif mais visant à rassembler des fonds pour ce projet - dont le coût n'a pas été dévoilé - sont donc très satisfaits du résultat et l'ont fait savoir hier à l'inauguration, tout de blanc vêtus, comme leur idole.
publié le 3 mars 2016 par Isabelle


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire